Cinquantenaire du décès du compositeur Auguste Schirlé

Cette année, plusieurs manifestations mettront à l’honneur, pour le cinquantenaire de sa disparition, le compositeur alsacien Auguste SCHIRLÉ (1895-1971) mon grand-père paternel. Contemporain de Marcel DUPRÉ, Albert ALAIN, Henri TOMASI et Yves de la CASSINIÈRE, il se retrouva avec les deux derniers dans les sélections du Grand-Prix de Rome ! Mais sa naissance allemande comme tant d’autres de chez nous l’en a éloigné.
Nous avons préparé une belle exposition avec la Médiathèque Malraux de Strasbourg ; si vous passez n’hésitez pas à vous arrêter. Les dates des manifestations sont indiquées « sous réserve de consignes pour la pandémie ».
Béatrice SCHIRLÉ
Calendrier des manifestations pour le cinquantenaire du décès d’Auguste SCHIRLÉ :
  • 25 Mai au 28 Août 2021, Médiathèque André Malraux de Strasbourg : exposition dans la salle du Patrimoine, « Du chant de l’interprète au chant du créateur »
  • 28 mai 2021, Cathédrale de Strasbourg : concert par le Choeur de la Cathédrale et l’orchestre de la Philharmonie, 2 pièces Choeur et orchestre
  • 4, 11, 18, 25 août 2021, église de Guewenheim : « Orgla Owa » – festival d’orgue
  • 26 septembre 2021, église d’Erstein : Pascal REBER à l’orgue Roethinger, à l’inauguration duquel participa Auguste Schirlé en 1914 et autres rendez-vous avec l’Harmonie et les écoles d’Erstein.
  • Octobre 2021, Krautergersheim : Messe des récoltes à l’église Saint-Epvre
    Auguste SCHIRLÉ repose dans cette commune.
  • 23 octobre 2021, Salle des fêtes Gerstheim : Vie d’A. , exposition et théâtre avec les enfants et la Concorde
  • 14 novembre 2021, Musée Würth à Erstein : Concert de musique de Chambre Piano/violon à 15h30, Joseph OFFENSTEIN & Christian FINANCE.
  • 19 novembre 2021, Auditorium de la BNU de Strasbourg : concert par le Quatuor Florestan à 20h30. La B.N.U. souhaite mettre son fond de partitions en valeur, dont les partitions imprimées du compositeur Auguste SCHIRLÉ.
  • Fin novembre 2021, Mulhouse : l’O.S.M. interprètera le poème symphonique « le Taennchel »., médaille d’or à Florence. Ce poème illustre l’ascension de l’un des plus hauts sommets des Vosges d’Alsace.
L’organiste Auguste SCHIRLÉ en 1963. Source Wikipedia
Biographie d’Auguste SCHIRLÉ 1895-1971 :

Marie-Auguste-Joseph SCHIRLÉ (Epfig, 5 Avril 1895 – Montrouge, 23 septembre 1971) Compositeur, Pianiste, Organiste, Maître de Chapelle et enseignant

Les origines de la famille SCHIRLÉ nous emmènent, à ce point de nos connaissances, dans la vallée de Villé en 1650 et antérieurement à Spechbach-le-Bas (68).

Après neuf ans de Conservatoire, le jeune musicien alsacien Auguste Schirlé, blessé par la perte de son frère aîné – diplômé de Mathématiques et Sciences appliquées de la faculté de Strasbourg (Raon l’Etape, 26 août 1914) et de son père – Clerc de notaire (Erstein, 20 Septembre 1917), vient en 1919 tenter sa chance à Paris, invité par Charles-Marie Widor à se présenter au Grand Prix de Rome.

Dès 1909 reconnu comme jeune talent de l’orgue et du piano, il est titulaire de l’orgue de Benfeld à 16 ans. Après ses succès au Conservatoire de Strasbourg où il obtient le diplôme de technique et d’enseignement du piano le 10 juillet 1914.  Il veut s’inscrire dès mars 1919 au Conservatoire de Paris mais sa naissance allemande l’en empêche. Il n’y réussi qu’après avoir été réintégré dans la population alsacienne-française en décembre 1921.

En 1923 et 1924, le Grand Prix de Rome lui échappe pour les mêmes raisons.  Il reçoit 3 médailles au Concours de Florence en 1926. Il est joué à Paris, en Alsace et à l’étranger.  Les différentes radios diffusent ses œuvres. Il donne également des concerts à Radio-Paris, Radio PTT Radio-Strasbourg etc.

Tous les étés Auguste SCHIRLÉ retourne sur sa terre d’Alsace. Il puise son inspiration dans ces montagnes et ces villes qu’il chérit et arpente. Il reste très attaché au mont Sainte-Odile et y fait chaque année son pèlerinage à pied au départ d’Ottrott.  Il n’oublie pas d’honorer ses aïeux et ses professeurs alsaciens par des dédicaces comme celle « A la source du Mont Sainte Odile » qu’il destine à son grand-oncle Alphonse Schirlé, directeur du Juvénat des Trois-Épis. Plus tard viendront les dédicaces à ses Maîtres parisiens tels que Widor et I. Philipp. 

Marié en février 1927, il fait découvrir à son épouse, elle-même musicienne et professeur de piano, sa terre natale.  Léonie Lecerf, née à Cannes en 1892, a appris à cuisiner des spécialités alsaciennes et ne manque pas, lors de ses séjours à Krautergersheim, d’apporter au boulanger Goep la tarte aux quetsches à cuire !

Dès 1932 il est nommé titulaire de l’orgue de l’église de l’Immaculée Conception (Paris XII). Pendant l’entre-deux guerres il continue à donner des concerts et à composer malgré quelques mois d’interruption dus au second conflit mondial.  En effet la famille est évacuée du côté de Luc-sur-Mer. Il fait découvrir à la capitale ses professeurs alsaciens tel que Marie-Joseph Erb, François-Xavier Mathias ou encore Max Reger et Willner. 

Cet homme consciencieux et travailleur (Lettres de C.M. Widor et I. Philipp) est engagé comme professeur au lycée Stanislas, au lycée Saint-Louis (Paris VI) et au collège Saint Michel (Paris XII). À Paris il côtoie des pianistes illustres, sans oublier Isidore PHILIPP son Maître, tels que Alfred CORTOT, LAZARE-LEVY et des compositeurs et des Chefs d’orchestre, tels que Paul DUKAS, les GOLSCHMAN, TCHEREPNINE, Mili BALAKIREW, Georges MIGOT, PASDELOUP, Jean CHANTAVOINE, DANDELOT, DUSSAUT, René GUILLOU, etc.

Plus de la moitié de ses œuvres sont de la musique sacrée mais il ne faut, en aucun cas, négliger parmi ses œuvres profanes les pièces pour orchestre et sa musique de chambre que l’on pratiquait en famille. Il laisse une œuvre riche de plus de 50 opus dont plus de 120 mélodies profanes. Il a mis en musique des poètes alsaciens comme les frères Matthis, Coppée, des poètes allemands comme : Goethe, Heine, von Fallersleben, Rückert, Müller, des Knaben Wunderhorn, et quelques poètes français.

Il ne renie jamais sa double culture, garde son accent et parle l’Alsacien jusqu’à la fin de sa vie.

Auguste SCHIRLÉ décède le 23 Septembre 1971 à Montrouge (92), et repose à Krautergersheim (67), chez lui.

Béatrice SCHIRLÉ, petite-fille du compositeur

Pour en savoir plus sur Auguste SCHIRLÉ et les orgues d’Erstein

VIDÉO YouTube : Auguste Schirlé, compositeur, organiste, pianiste, pédagogue par Béatrice Schirlé

Avez-vous pensé à vous abonner au blog Généalogie Alsace (à gauche en bas de page) ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s