Challenge AZ : C comme (premières) Cartes postales

Saviez-vous que les premières cartes postales à avoir circulé en France ont été envoyées en 1870 depuis Strasbourg ? Peut-être avez-vous trouvé dans les archives de vos familles l’un de ces rares témoins de la triste période du siège de Strasbourg par l’armée prussienne.

C comme Cartes postales (RB)

Du 15 août au 28 septembre 1870, les Prussiens assiègent la Ville de Strasbourg et la pilonnent de milliers d’obus, causant plusieurs centaines de morts, blessés et sans-abris, et la destruction de très nombreux édifices dont la prestigieuse bibliothèque du Temple neuf. La garnison française, soutenue par la volonté puissante des Strasbourgeois, tient bon pendant 52 jours avant de se rendre. On pourra lire ou relire le rappel historique « Il y a 150, l’Alsace devenait allemande » et la chronique « 28 septembre 1870 : les Prussiens entrent dans Strasbourg ».

Pendant ce long calvaire, la capitale alsacienne est coupée du reste de la France. Elle n’apprendra la déchéance de Napoléon III à Sedan que le 11 septembre, soit une semaine après la proclamation de la République française (4 septembre 1870), par une délégation de Suisses volontaires entrés dans la ville pour venir en aide à la population. L’évacuation courageuse des représentants de la Confédération helvétique permit de sauver femmes, enfants et vieillards tandis que le bombardement se poursuivait…

« Entrée des délégués suisses à Strasbourg par la Porte nationale le 11 septembre 1870 », par Émile Schweitzer (1870-1903), dessinateur et photographe strasbourgeois, 1897, BNU Strasbourg.

C’est durant le siège, le 14 septembre 1870, que furent postées les premières cartes postales françaises. Émises par le Comité de Strasbourg de la Société de secours aux blessés, pour permettre aux assiégés de donner des nouvelles à leurs familles, elles étaient affranchies d’un timbre prussien à 6 kreuzers (condition posée par l’assaillant, le Général von Werder), passaient par la censure à  Karlsruhe puis étaient acheminées via la Suisse (Comité international de Genève, future Croix rouge). Le 20 décembre 1872, la loi de finances française officialise la carte postale non illustrée, avec l’adresse du destinataire au recto et la correspondance au verso.

Carte par ballon monté, dite de Strasbourg

Les dégâts causés par les bombardements de Strasbourg sont des pertes irréparables, notamment pour les généalogistes. Le 27 août 1870, le Tribunal a brûlé et laissé en cendres le casier judiciaire et tous les documents d’état civil (2ème exemplaire des registres naissances-mariages-décès de 1793 à 1869 tenus dans les mairies et versés aux greffes des tribunaux). Les pertes concernent Strasbourg et 155 communes du Bas-Rhin ; certaines communes ont perdu tout leur état civil (Drusenheim par exemple dont la mairie a brûlé en 1927) ; d’autres avaient versé au Tribunal de Strasbourg tous leurs registres paroissiaux (baptêmes-mariages-sépultures d’avant 1793)… L’incendie du Tribunal a détruit en outre toutes les archives judiciaires de Strasbourg du Moyen Âge jusqu’en 1870 (dont le fameux procès de Gutenberg en 1455)…

LUNDIMARDIMERCREDIJEUDIVENDREDISAMEDI
1er nov.
A comme
Ahnenpass
2 nov.
B comme
Bilingue
3 nov.
C comme
Cartes postales
4 nov.
D comme
5 nov.
E comme
6 nov.
F comme
Challenge AZ Geneatech – novembre 2021 – Généalogie Alsace – Les archives alsaciennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s